Côte d’Ivoire : 60 000 tonnes de noix de cajou pour alimenter les industries ivoiriennes

L’industrie de la noix de cajou en Côte d’Ivoire connaît une importante pénurie de matières premières, les transformateurs recherchant 60 000 tonnes pour assurer le bon fonctionnement des usines en 2024, selon le Conseil du coton et de la noix de cajou (CCA).

Lors d’une récente réunion, le ministère de l’Agriculture de Côte d’Ivoire et les acteurs de l’industrie ont discuté du besoin urgent de noix de cajou brutes. Les exportations de noix de cajou brutes étant officiellement interdites depuis le 7 mai, les transformateurs locaux sont confrontés à des problèmes d’approvisionnement malgré les efforts visant à donner la priorité à la transformation nationale.

« Lorsque la mesure de suspension a été prise, les sociétés exportatrices avaient déjà acheté toutes les noix de cajou disponibles. Le problème est toujours là et n’a pas été résolu »,  a déclaré un industriel à Reuters. Cette pénurie met en péril l’objectif de transformation de 25% de la production nationale de noix de cajou, prévue pour atteindre 1,25 million de tonnes en 2024.

Les exportateurs seraient prêts à fournir 30 000 tonnes de noix de cajou aux transformateurs locaux. Cependant, des inquiétudes subsistent quant aux disparités de prix entre les différentes régions.

A (re) lire : Environnement: L’agriculture intelligente à  l’épreuve des changements climatiques

« Les prix proposés par les exportateurs pour un kilo de noix de cajou sont de 95 à 115 francs CFA [0,15 à 0,18 USD] plus chers que le prix du marché à Korhogo et de 80 à 100 francs CFA [0,13 à 0,16 USD] plus chers que le prix du marché. prix du marché à Bouaké. Qui va payer ce surcoût exigé par les exportateurs ?  » a interrogé un autre industriel.

Les différences de prix rendent difficile la concurrence pour les transformateurs locaux, soulevant des questions sur la durabilité des politiques actuelles et la capacité à atteindre les objectifs de transformation. Parallèlement, la Guinée-Bissau, un autre grand producteur de noix de cajou en Afrique de l’Ouest, a signalé une augmentation de 8,3 % de sa production de noix de cajou, pour atteindre 260 000 tonnes en 2023.

Malgré cette croissance, les volumes d’exportation sont restés stagnants en raison des niveaux élevés de contrebande vers les pays voisins comme le Sénégal et la Guinée.

« La mauvaise performance des exportations est due en partie à la faiblesse de la demande et des prix internationaux, mais aussi au monopole sur les conteneurs maritimes en début de saison »,  note un rapport de la Banque mondiale.

Le rapport souligne l’impact de la faiblesse des prix internationaux sur les revenus des producteurs, avec des prix ne dépassant pas 150 francs CFA/kg dans certaines régions, bien en dessous du seuil fixé par le gouvernement de 375 francs CFA/kg.

Pour l’avenir, la Côte d’Ivoire et la Guinée-Bissau ont des perspectives favorables pour le secteur de la noix de cajou en 2024. En Côte d’Ivoire, les parties prenantes espèrent qu’une meilleure coordination et un meilleur soutien aideront à répondre aux demandes en matières premières des transformateurs locaux. En Guinée-Bissau, des conditions météorologiques favorables et un programme gouvernemental de soutien aux agriculteurs devraient stimuler la production.

La Banque mondiale prévoit également une amélioration des exportations grâce à l’autorisation des exportations de noix de cajou à travers neuf routes frontalières, qui dépendaient auparavant uniquement du port de Bissau.

A (re) lire : Culture : Le Bénin célèbre le Vodoun Day, son identité culturelle

« Les perturbations maritimes au Moyen-Orient ont entraîné une hausse des coûts de transport entre l’Asie et l’Europe, entraînant une demande accrue de noix de cajou en provenance d’Afrique »,  indique le rapport.

Cette situation crée une opportunité pour les producteurs africains de noix de cajou d’obtenir une prime par rapport aux noix de cajou vietnamiennes dans le cadre de contrats spot, ouvrant potentiellement de nouveaux liens commerciaux avec les entreprises chinoises entrant sur le marché de la transformation.

Rejoignez-nous ici :

Donnez-nous votre avis

En savoir plus sur SUNVI MEDIA

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading